23 novembre 2012 : irruption au Conseil municipal de Rouen

https://www.youtube.com/watch?v=7XO21-5_xXQ

le texte lu lors de l’intervention au conseil municipal :

Madame la Ministre (absente), Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Adjoint-e-s et Conseiller-e-s municipaux/ ales.

Le Collectif rouennais de solidarité avec les opposants à l’aéroport de Notre Dames des Landes vous remercie de lui donner la parole,
Aujourd’hui, vous avez pu constater que les « forces publiques », que nous, citoyens, finançons, ont repris leurs actions d’expulsions dans le périmètre du projet d’aéroport à Notre dame des landes,
nous pensons que :
face à l’abus qui consiste à affirmer que ce projet a été choisi « démocratiquement »,
face à l’aberration économique de ce projet, en temps d’austérité,
face à son anachronisme,
face à des autorisations non encore délivrées et des recours devant le Conseil d’Etat et la Cour Européenne,
face à l’entêtement des dirigeants politiques locaux et nationaux,
Nous sommes solidaires de tous les opposants, agriculteurs, habitants, associations environnementales, citoyens, et militants présents à la ZAD venus cultiver les terres au lieu de les bétonner.

Dans ces conditions, nous pensons que l’occupation de la ZAD par des militants citoyens est légitime et que l’invocation du respect du droit et de la loi est contestable.

A contrario, l’intervention policière de ce matin ne s’embarrasse pas de la légalité quand elle tente de détruire des constructions situées sur des terrains privés non expulsables.

Quant au projet lui même :
Nous allons insister sur un argument que vous pouvez entendre, ce soir de Conseil Municipal où un budget d’austérité vous est présenté : il s’agit de l’argument financier.
Notre-Dame-des-Landes, c’est gaspiller au moins 600 millions d’euros d’argent public.
Une étude économique, réalisée par des experts indépendants du cabinet CE Delf, à la demande d’un Collectif d’élu-e-s1, chiffre le coût minimum de l’ensemble du projet à 600 millions d’euros d’argent public.
En contrepartie, l’optimisation de l’aéroport de Nantes Atlantique qui existe est possible. Le bénéfice escompté serait, selon ce même cabinet, de 100 millions d’euros.
Le gouvernement vient de franchir un nouveau pas dans une logique d’austérité.
Elle va nécessairement se traduire par des coupes sombres dans les politiques publiques de l’État, mais aussi pour les collectivités territoriales, puisque les dotations de fonctionnement sont à la baisse pour plusieurs années. Dans cette situation, maintenir le projet de Notre Dame des Landes, dont l’utilité prioritaire est loin d’être démontrée, est tout simplement inexplicable.
Ne vaut-il pas mieux, pour répondre à la crise économique et climatique, développer les transports en commun et un réseau ferré au service du plus grand nombre ? D’autres projets alternatifs existent bien plus juste socialement et écologiquement.

Nous nous interrogeons,
s’agit t’il d’utilité publique ou s’agit t’il d’intérêts privés sur fond de finances publiques?

Ce que nous vous demandons, aujourd’hui, à chacun, c’est de lire attentivement les documents que nous venons de vous distribuer,
de faire vos propres recherches sur le sujet,
de réfléchir à votre tour en toute indépendance,
comme l’ont fait et le feront des dizaines, des centaines de milliers de citoyens.

Nous pensons que votre bon sens ne pourra que vous amener à la même conclusion : ce projet est inutile.
40000 personnes vous l’ont exprimé le Week End dernier, des centaines de collectifs naissent partout en france, écoutez les,
demandez au gouvernement d’ouvrir le dialogue,
et de stopper immédiatement les actions répressives à Notre Dame des Landes.

This entry was posted in action. Bookmark the permalink.